Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog des rameurs de Marseille

Le blog des rameurs de Marseille

Rame traditionnelle estaque


Rame convocation du 26 Mars 2011

Publié par Le Tchoa sur 24 Mars 2011, 22:34pm

 

Chers galériens,

Chères galériennes

 

Il y a des jours où vous écrire est difficile ...

 

Aujourd'hui je ne vais pas vous narrer la longue sortie que nous fîmes en ce samedi printanier. Mais par contre essayer de vous conter la beauté du milieu qui nous entoure tous les samedi. Susciter pourquoi pas des vocations. Ramer n'est pas si difficile avec un peu d'entrainement, ce n'est qu'une galère hebdomadaire.


Bien sùr les deux barques étaient affrétées, bien sùr nous sortîmes avant Momo. Mais que se passait il ?


Une brise remplissait nos poumons d'un bon d'air frais, le soleil invité ce jour là nous réchauffait juste ce qu'il fallait.


L'eau légèrement bleutée était limpide et nous avancions à bonne allure. Le bord était plaisant, chacun racontant la sienne d'une semaine qui venait de s'écouler, heureux de partager avec les autres les petits bonheurs mais aussi les petits malheurs de la vie. La vie celle qui s'écoule lentement comme disent certains, trop vite, diront d'autres. La vie qui nous porte tous comme l'océan nous accueillant en son sein.

Nous revînmes après avoir parcouru la moitié du chemin quand le mistral donna un peu plus de souffle. Alain confiant dans un équipage d'acier tenait la barre sans réelle inquiétude. La mer s'irisait peu à peu, le clapotis des vaguelettes se faisait entendre sur la coque. Pas de problèmes pour un équipage aguerri. Maintenant le vent transforma le bleu de la mer en écume blanche, il soufflait fort et nous dûmes donner toutes nos énergies pour faire avancer le navire. Les bois craquaient, la yole était malmenée par les vents contraires mais notre capitaine tenait bon la barre. C'est d'instinct qu'il nous manœuvra jusque dans notre petit port protecteur.


Messieurs les savants, messieurs les politiciens ne nous enlevez pas ces moments de bonheur. Ces moments que nous voudrions raconter à nos enfants, qui eux même le raconterons à leurs enfants. Messieurs les docteurs Folamours ne jouez pas avec le feu qui maintenant est atomique. Vous qui êtes si instruits nous le savez les accidents sont planétaires. Ne nous enlevez pas notre ciel bleu même si "césium" signifie en latin la même chose. Vos écoles vous ont appris qu'il a une durée de vie de plus de deux millions d'années, mais pas nous, ni nos enfants, ni les enfants de nos enfants.


Un accident est quelque chose par nature imprévisible, peut on encore employer ce mot concernant des pays à la puissance technologique et financière sans égal.


Ne fossilisons pas notre barque, qui nous supporte, nous nourris, nous fait vivre.


Messieurs les dirigeants, nous les petits, les sans noms, les sans grades, choisissons nos destins où confort et l'entre soi ne sont pas des valeurs absolues mais plutôt partages et plaisirs. Où l'on penserait à l'avenir sans sourciller, où nos explosions ne seraient que de joie. Un monde propre, égalitaire, intelligent, créatif, participatif.

 

Messieurs les dirigeants, vous qui ne lirez jamais ce mot, nous vous disons qu'il est à portée de nos mains, quelles soit blanches, jaunes, noires. Nous vous donnons toutes, elles seront bienvenues pour façonner une autre façon de penser.

 

Ne nous enlevez pas notre avenir.




Départ des bateaux à 9H15,

Fraternellement

Le Tchoa

 

 

 

 

Commenter cet article

bert 25/03/2011 13:57



grande leçon,bravo!!



c est super bonne continuationmarylou 25/03/2011 11:38



coucou bravo pour ce commentaire plein de verité que dieu veille sur nous et bonne continuation gros bisous a tous a bientot.



BRUNO 25/03/2011 09:04



Merci à notre Tchoa pour ce commentaire si vrai, bien pensé et formulé !


Tu écris de la plus belle manière ce que chacun de nous pense peu ou prou...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents