Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le blog des rameurs de Marseille

Le blog des rameurs de Marseille

Rame traditionnelle estaque


La définition - Le bateau


La rame traditionnelle, de quoi s’agit-il ?

 

Considérations diverses d’un rameur amateur et marseillais (ce qui n’est pas incompatible).


Eric ND, dit NGV

La rame traditionnelle se pratique sur des embarcations de 7m30 avec six rameurs et un barreur. Bon, c’est dit. Mais si on veut en savoir plus ?

 

 

Eh bien lisez la suite et ajoutez vos commentaires si le cœur vous en dit !

 

Définition :

 

Les puristes, savent que dans la Marine on ne parle jamais de rame mais toujours d’aviron.

 

On distingue « la rame » de « l’aviron » selon la technique de nage utilisée. (Oui, on dit « nager » et pas « ramer » ou « avironner »…)

 

Dans la discipline sportive de l’aviron, le rameur a les pieds attachés à un cale-pied. Il est assis sur un siège coulissant. il plie les jambes en allongeant les bras pour démarrer le mouvement et replie les bras en étendant les jambes pour « donner le coup de pelle ».

 

Cela permet d’utiliser toute la puissance du corps et particulièrement celle des jambes.

 

Dans la rame traditionnelle, les pieds sont également attachés à un cale-pied, mais le banc est fixe. C’est donc le haut du corps qui va réaliser le plus d’efforts.

 

C’est pour ça que les rameurs traditionnels ont classiquement un (très) beau torse. Les quantités de bière absorbées pour saluer d’un même front, les victoires et les défaites n’y sont pour rien ! Quoi que puissent prétendre les mauvaises langues.

 

La rame traditionnelle c’est donc bien la rame des origines !

 




 

Banc de nage d’aviron, qui coulisse

 


 

 

 

 

 

 

Banc de nage de rame traditionnelle, fixe

 

 

 

 

 

 

 

Le bateau :

 

La barque est une copie assez réaliste des pointus méditerranéens au sens large. Les filets, casiers, girelliers et autres apparaux de pêche en moins.

 

La forme générale est celle des barques de la Grande Bleue (mourre de pouar, barquette marseillaise, tartane, lancha, bette, etc…), mais elles sont plus larges et plus pointues.

 

On y retrouve toujours les mêmes caractéristiques :

- Le capian à l’avant qui symbolise un attribut viril masculin.

- Trois bancs de nage assez larges pour accueillir deux individus de belle taille par banc.

- Des cale-pieds réglables selon la taille des athlètes.

- Un trou pour les jambes du barreur. (On appelle ça la chambre, sans doute parce que la barreur est le feignant de l’équipage…)

- Un gouvernail actionné par le timon (timonier, ça vous dit quelque chose ?).

 

Derrière, y a plus que nos malheureux adversaires, peuchère !

 

Les barques modernes sont essentiellement en plastique. Cela permet de gagner 200 kg par rapport à une construction bois « traditionnelle » et surtout simplifier considérablement l’entretien !

 

Il reste quelques pièces en bois : le capian, le timon, les porte-tolets, la jambe du capitaine, les abdos d’Alain (le Président) …

 

Un pontage à l’avant permet de transporter à l’occasion une sirène croisée au cours d’une navigation ou un photographe ou encore un rameur de remplacement.

On peut aussi stocker une glacière dessous, mais personne ne le fait jamais. Il y a toujours un frigo pas loin à terre …

A Marseille, la largeur des bateaux, doit être de 2,20 m. Nos Barques sont également un peu plus lourdes que les autres, soit + de 650 kg.


Raisons pour lesquelles, les autres clubs redoutent de faire les compétitions chez nous...

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Le capian, très enthousiaste à l’idée de rejoindre le viaduc de l’Estaque, au fond de la photo.

 

 

 


 


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents