Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog des rameurs de Marseille

Le blog des rameurs de Marseille

Rame traditionnelle estaque


Rame convocation du 22 mai 2010

Publié par Le Tchoa sur 20 Mai 2010, 21:46pm

 

Chers Galériens

Chers Galériennes

 

jouteur mai-2010

 

Samedi, nos deux galères partîrent bien tôt dans la matinée, pour mouiller au grau du roi, juchées sur les remorques nos camions les tirèrent jusqu'au club des rameurs de la ville. Nos compagnons étaient endormis mais il fallait les mettre à l'eau. Ce fût fait sous les acclamations de notre capitaine qui bien sûr de son œil franc, du geste clair, commanda tous ses matelots d'eau mi salé à peine réveillés.

 

Nous pûmes prendre place à bord de nos yoles favorites.

 

Au premier matin, les cinquante embarcations remontèrent le courant de la Vidourle pour assiéger la forteresse d'Aigues-Mortes … Mais peine perdue, mes amis, le Régent de la cité avait organisé une journée porte ouverte ! Sur le retour, heureusement un bateau ravitailleur nous voyant blêmir sous les efforts violents, vint à notre rencontre. Les litres de pastis pur coulèrent, la charcuterie remplit notre panse bien vide. Je dois dire que le retour parut plus court que l'aller …

Les Graulens nous avaient préparés de quoi nous restaurer, croyant qu'avec nos mines faméliques, peut être nous n'avions pas mangé de la semaine. Pas de problème les rameurs et les jouteurs ont un rang à tenir. Nous firent honneur à tous ces bons délices.

L'après midi les choses devenaient sérieuses, les joutes navales nous attentaient sur la Vidourne, qui nous menaçait par son vif courant. Sous ses flots tempétueux, il n'était pas question de mettre en danger la vie des jouteurs tombés à l'eau. Après de multiples délibérations, en bons gladiateurs, il fallait montrer de quoi nous étions capables. Plusieurs équipages étaient présents, les bateaux furent armés, les tintaines boulonnées. C'était le moment, malgré les flots contre nous, le bateau fût tenu au milieu de la rivière à bout de bras, le concurrent en face, la lutte allait être terrible, quand Alain nous lâcha un seul mot «forcez», tel un jet de lance pierre bandé au point de rupture, les rames se plièrent sous l'impulsion des muscles tendus, qui n'attendaient que ce moment. Les deux jouteurs se regardaient droit dans les yeux, les bateaux prenaient de l'allure amorçant un choc puissant. «lâchez» hurla Alain, les deux bateaux à rames se frottaient, pour amener les deux jouteurs à portée de lance, quand un des jouteurs se volatilisa pour retomber dans les eaux tourmentées. Nous avions gagné … les bras se détendirent nos sourires se décrispèrent, les rames étaient lâchées, quand nous nous appercûmes que nous dérivions à une vitesse excessive, le courant nous emportant à vive allure vers les voiliers accostés. Le temps de se ressaisir, la puissance se libéra pour ramener le bateau en lieu sûr et reprendre un jouteur. Durant le tournoi, nous en perdîmes deux, deux restèrent avec nous, ils virevoltaient dans ses eaux déchainées. Ce tournoi avait quelque chose de magique. j'invite tous les rameurs en condition à participer à ces jeux d'un autre temps, qui sans aucun doute avaient été initialisés par les Romains en leurs temps. Nous avions les mêmes bateaux, les mêmes rames, les mêmes hommes, une brèche temporelle s'ouvrit, un voyage dans le temps envoutant mystérieux, viril, passionné, se déroulait sous nos yeux, nous étions acteurs de cette histoire antique, sous les hourras, les applaudissement d'une foule composée de centaine de spectateurs restés sur les berges, mais ne ratant rien du spectacle.

 

A la fin de la journée nos muscles fatiguaient sérieusement. Nos hôtes le savaient. Le soir un banquet et une remise des prix à la mesure du spectacle grandiose fût organisé.

 

A l'aube du deuxième jour les courses nous attendaient, nous étions reposés par une bonne nuit de sommeil. Les cafés avalés, nous enchainâmes sur «Le ‘Défi Graulen 2010» tel est son nom. II fut l’occasion d’une grande fête de la Méditerranée avec en prime une nouvelle édition de la ‘Vogua Monstra’ fête de la rame et des cultures méditerranéennes. Des défilés folkloriques, des tournois de joutes, des jeux camarguais, un feux d’artifice fut ponctué par les accents joyeux des peñas, bandas et de nombreux groupes musicaux.

 

Après des efforts à la mesure de notre talent, nous arrivâmes troisième, les premiers étant les champions de France en titre.

 

Cette belle manifestation a attiré plus de 80 000 visiteurs en une semaine au Grau-du-Roi + les Estaqueens venus en nombre.

 

Un bien beau week-end

 


 

A Samedi 9H15

 

Fraternellement

Le Tchoa

 

 


 

Commenter cet article

NGV 21/05/2010 17:11



Le Vidourle est masculin jusqu'à preuve du contraire, c'est le fleuve (!) qui sépare l'Hérault et le Gard. Les mauvaises langues disent que c'est la frontière entre la civilisation et la
barbarie, le tout c'est de savoir de quel côté on se trouve...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents